Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
JEUtuil

Articles avec #glossaire tag

GLOSSAIRE

24 Décembre 2007 , Rédigé par Kaktus Publié dans #GLOSSAIRE

Le vocabulaire du jeu avec les mots. (liste non exhaustive)

 

ABECEDAIRE : Histoire dont chaque mot commence par un A, puis un B, puis un C, etc...

Ex. A bord, chacun devait enlever...

ACRONYME :  Un acronyme est un sigle prononcé comme un mot ordinaire. (SMIG, DEUG, SNCF...)

ACROSTICHE : Il s'agit d'une petite histoire, elle va faire comprendre autre chose par la lecture verticale de la première lettre de chaque ligne.                                                                          

ADAGE : nm. Formule d'origine ancienne et populaire qui énonce une vérité admise ou une règle juridique.

ALLÉGORIE : Elle consiste dans la représentation concrète d'une idée abstraite. Par exemple, quand Victor Hugo écrit, dans "Mors" (Les Contemplations, IV-XVI) : "Je vis cette faucheuse ...", il entend par là "la Mort". 

ALLITÉRATION / ASSONANCE : Effets sonores fondés sur la répétition de consonnes (ex. d'allitération : pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?) ou de voyelles identiques. (ex. d'assonance : ... un sombre vol obscur... ou encore : Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant... Verlaine). On emploie pour les regrouper le terme d'homophonies. Ces jeux phonétiques cherchent parfois à inspirer au lecteur une relation entre le sens du texte et l'effet d'insistance inscrit dans sa matière sonore. 

ANACOLUTHE : C'est une rupture dans le sens d'une phrase ; une absence de suite dans les idées. cette rupture dans la construction de la phrase provoque un effet de surprise. Ex : "Vous voulez que ce Dieu vous comble de bienfaits et ne jamais l'aimer ?" (Racine. Athalie.) ou encore ""le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, la face du monde en eût changée. (Pascal. Pensées)  

 ANACROISES : Jeu de mots croisés où les définitions sont remplacées par des lettres en désordre. Un chiffre entre parenthèses indique le nombre de mots possibles avec le tirage donné.  Pour faciliter le travail, il faut commencer par trouver les mots qui n'ont qu'une seule solution. 

ANACYCLIQUE : La signification du mot diffère suivant le sens de la lecture, contrairement au palindrome. ex : LAVAL (qui se lit LAVAL dans les deux sens) est un palindrome et NOEL (qui se lit LEON dans l'autre sens) est un anacyclique.

ANAGRAMME : nf. Il s'agit de créer un autre mot (ou une autre phrase) à partir des lettres d'un mot ou d'une phrase. (NICHE = CHIEN = CHINE ou BESOGNE = ENGOBES ou LAURENT = NATUREL...) Un excellent entraînement pour progresser aux jeux de lettres type scrabble. 

ANALEPSE : nf. En narratologie, retour sur des événements antérieurs au moment de la narration, servant à éclairer le passe des personnages ou justifier leur psychologie.

ANAPHORE : Répétition du même mot ou groupe de mots en tête des phrases ou membres de phrases afin de frapper l'esprit. 

ANTANACLASE : Une antanaclase reprend un même mot avec un sens différent. Ex : "Le coeur a ses raisons que la raison ignore" La première occurrence de « raison » renvoie aux motivations, alors que la seconde renvoie plutôt à la raison comme faculté de l’esprit humain.

ANTIPHRASE : nf. Procédé consistant à exprimer une idée par son contraire. L'ironie repose souvent sur l'antiphrase. Ex. Bravo, tu peux dire que tu as réussi ton affaire ! quand on veut dire tu t'es bien planté !

ANTONOMASES : nf. Voilà encore un nom à l'apparence bien barbare et qui pourtant désigne tout simplement une figure par laquelle on remplace un nom commun par un nom propre, et vice-versa. Ex. Un Harpagon pour désigner un avare ou encore La capitale de la France pour désigner Paris, ou le mot poubelle qui vient du préfet du même nom, idem pour calepin... .

ANTONYME : Du grec anti, "contre" et onoma, "nom". Des antonymes sont des mots de sens contraires. Ex : attractif (qui attire) et répulsif (qui repousse).

APARTE : nm.  Au théâtre, un aparté est un discours qu'un protagoniste se tient à lui-même de manière à le faire entendre au seul spectateur (le public) ou à l'un des personnages présents sur scène.

A-PEU-PRES : Jeu sur la paronymie. Double-sens obtenu par un léger déplacement d'un ou deux phonèmes dans un mot ou une expression courante. L'humoriste Coluche, par exemple, fut candidat aux "érections pestilentielles" en 1981. Il souhaitait devenir "résident de la république" pour développer les "sévices publics".

APHERESE : Nom féminin, du grec aphairesis, enlever. L'aphérèse consiste à supprimer le début d'un mot. ex : bus pour autobus. L'apocope supprime la fin du mot. 

APHORISME (ou sentence) : nm. Formule brève qui résume l'essentiel d'un pensée.

APOCOPE : Nom féminin, du grec apokope, retrancher. L'apocope consiste à supprimer la fin d'un mot. ex : "j'ai vu à la télé, le prof de philo, il a une nouvelle moto...  il existe l'adjectif apocopé,e. L'aphérèse supprime le début du mot.

APOLOGUE : nm. Court récit en prose ou en vers qui contient une morale. L'exercice de l'apologue apparaît dès l'Antiquité

APOSIOPESE : Figure qui consiste à interrompre brusquement une phrase ou un vers qui reste inachevé, traduisant une hésitation, une émotion, une menace. Elle produit un silence, matérialisé par de points de suspension. L'énoncé continue ensuite en digression.

ASSONANCE : Répétition d'un même son dans une phrase ou un vers. Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant... les sanglots longs des violons...

ASYNDETE : nf. C'est la suppression des particules de coordination dans l'ordre grammatical ou sémantique.

BARBARISME : Faute de langage. Désigne un mot déformé ou forgé. Ex : rénumérer est un barbarisme pour rémunérer.

BOUTADE : Mot d'esprit, plaisanterie originale ou qui joue sur le paradoxe. 

CACOGRAPHIE : Il s'agit cette fois d'introduire sciemment une faute dans chaque mot. L'objectif, c'est qu'aucun des mots employés ne puisse se retrouver dans le dictionnaire !

CADAVRE EXQUIS : Jeu visant à ajouter des mots au fur à mesure, sans voir ceux déjà écrits, jusqu'à former une phrase surréaliste. Ce jeu littéraire a été inventé à Paris, au 54 rue du Château, dans une maison où vivaient Marcel Duhamel, Jacques Prévert et Yves Tanguy.

CALEMBOUR                                                                                                
Le calembour est un jeu de mots fondé sur la différence de sens de mots qui se prononcent de la même façon (ou d'une façon approchante), c'est à dire fondé sur l'homonymie des mots. (ex : Votre blague sur le flux et le reflux me fait marée. ou encore : Je reconnais que ma blague n'est pas de première bourre ; je cale en bourre)

CANTILENE : Texte lyrique et épique relativement bref.

CANTIQUE : Chant d'action de grâces à la gloire de Dieu.

CHANSON : À l’origine de la poésie française (XIIe – XIIIe siècle) le mot « chanson » (« canso » en occitan) désigne le type même du poème lyrique : un texte rythmé, rimé, exécuté avec accompagnement de musique. La chanson des troubadours et trouvères a pour particularités d’être une poésie strophique, comportant le plus souvent un refrain. Au XIXe siècle, les Romantiques et, après eux, les Parnassiens utilisent le terme pour désigner une poésie d’allure familière ou populaire, en vers courts, possédant strophes et refrain.

CHARADE : Décomposition phonétique d'une expression à deviner, en plusieurs mots définis l'un après l'autre ; exemple : Mons premier est un animal, mon second est un abri, mon tout est un jeu de mots : chat + rade : charade.

CHIASME : (du grec Khiasmoa : croisement) Le chiasme est une double antithèse dont les termes se croisent. ex : Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger. (Molière)

CONTREPETERIE  : Consiste à intervertir dans une phrase deux lettres ou deux mots pour lui donner une tournure plaisante. (ex : Votre père a l'air mutin ou encore Goûtez-moi cette farce)

DEFINITIONS  : On remplace un mot par sa définition. La définition peut être celle du dictionnaire, mais aussi être plus... personnelle, surtout si comme moi, vous êtes également verbicruciste. 

DINGBAT : Devinette visuelle 

EGLOGUE : Poème court à caractère champêtre.

ELEGIE : Poème lyrique exprimant une plainte.

ENALLAGE : nf. Procédé consistant à employer une forme grammaticale inattendue. ex tiré des "Animaux malades de la peste" : "Ainsi dit le renard et flatteurs d'applaudir, fait-il ?"

EPENTHESE : nf. ling. Insertion non étymologique d'une lettre ou d'un syllabe.

EPICENE : adj. ling. mot qui désigne aussi bien le masculin que le féminin (enfant, kangourou, girafe, panthère etc...)

EPITRE : nf. litt. Lettre en vers.

EUPHEMISME : Adoucissement par l'expression ou par le tour de phrase d'idées désagréables. ex : Il nous a quittés pour dire il est mort ; ou bien un mal-entendant pour un sourd.

FIGURE DE STYLE : La figure de style est une façon d'agir sur la langue, en mettant en avant ses particularités, afin d'accentuer son efficacité ou de créer un morceau de bravoure. Elle modifie le langage ordinaire pour le rendre plus expressif, ce sont des figures d'analogie, d'animation, de pensée, d'insistance, d'atténuation... etc

GRADATION : Figure de style qui consiste à ordonner les termes d'une phrase qui évoquent une idée similaire selon une progression ascendante ou descendante. En d'autres mots, une même idée peut être exprimée avec plus ou moins de force grâce à une énumération de termes qui peuvent gagner ou perdre en intensité, en nombre, en taille, etc. Les termes qui se suivent dans une gradation progressent par le sens.

ex : C’est un roc ! c’est un pic ! c’est un cap !
Que dis-je, c’est un cap ? … c’est une péninsule !

 (Rostand, Cyrano de Bergerac, I, 4) 

Cyrano de Bergerac parle de son gros nez par des métaphores désignant un élément toujours plus important en dimension. On parlera souvent de gradation ascendante pour désigner une gradation qui gagne en intensité.

HAIKU : Un haïku est un petit poème d'origine japonaise. En 3 vers de rythme 5 7 5, il évoque une image en rapport avec la nature, fait allusion à une saison.

HIATUS : Lorsque la voyelle qui termine un mot rencontre la voyelle qui commence le suivant, créant un heurt dans la prononciation. "J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries, hystériques, la houle à l'assaut des récifs, ..." (A. Rimbaud, Le bateau ivre)

HOMOPHONIE : Mots ou groupe de mots donnant le même son ; exemple : Mère et Maire

HOLORIMES  Les vers holorimes sont des vers qui sont phonétiquement semblables.

Ex.  - O, fragiles Hébreux ! Allez, Rebecca, tombe !

        - Offre à Gilles zèbre, oeufs. A l'Erebe hécatombe ! (Victor Hugo)

HYMNE : Poème écrit à la gloire des dieux, des héros...

HYPALLAGE : On parle d'hypallage lorsqu'on qualifie un mot alors que cette qualification se rapporte logiquement à un autre mot de la phrase.

HYPERBOLE : Figure de style consistant à exagérer l'expression de sa pensée. Dans la littérature, l'hyperbole est utilisée pour créer un style emphatique, c'est à dire grandiose (on dira "grandiloquent" si on estime cette solennité outrancière). L'hyperbole abonde dans les oeuvres de tonalité épique et chaque fois que l'auteur veut grossir les faits, grandir un personnage, provoquer chez le lecteur un effet d'admiration, d'enthousiasme ou de crainte. ex : Elle versa des torrents de larmes...

KYRIELLE : Chacun connaît la kyrielle syllabique  "J'en ai marre, marabout, bout de ficelle ... " On peut également jouer sur les lettres en kyrielles d'initiales et de finales, chaque mot commençant par la lettre qui termine le mot qui le précède, comme le montre le sonnet ci-après :
Neige en novembre.
Elle est tombée, étrange, élégante et ténue,
Et toi, immaculée, évite et touche enfin
Nos suaves sportifs, skiant, toujours sanguins.
Soleil léchant, transi, igloo, océan nu...

 ...

Lire la suite

GLOSSAIRE suite

24 Décembre 2007 , Rédigé par Kaktus Publié dans #GLOSSAIRE

...

LIGATURE : Se dit pour le fait de lier deux lettres, comme dans oedeme, soeur, coeur...

LIPOGRAMME : Il s'agit tout simplement de s'obliger à écrire une phrase, un petit texte en n'utilisant pas certaines lettres. Ex de lipogramme célèbre : La disparition (1969) le roman célèbre de Georges Pérec dans lequel la lettre "e" est totalement absente. 

LITOTE : Figure consistant à se servir d'une expression qui affaiblit la pensée afin de faire entendre plus qu'on ne dit. ex : Va, je ne te hais point ... (Corneille) pour dire je t'aime.

LOGOGRIPHE : nm. énigme fondée sur des mots (ex : mots pouvant être créés à partir des lettres d'un mot "parent" ; le mot logogriphe qui contient NAGE et ORGE est ORANGE) - autre sens : langage obscur.

LOUCHEBEME : nm. argot parlé par les bouchers

MAZARINADE : nf. Hist. Pamphlet contre Mazarin du temps de la Fronde.

MAXIME : nf. Pensée adopté comme règle de conduite ou règle morale.

METAPHORE : Figure consistant à transporter un mot de l'objet qu'il désigne d'ordinaire à un autre objet ayant quelque analogie avec le premier. ex : Un lion pour parler d'un homme courageux.

METAGRAMME : nm. jeu où il faut trouver une série de mots dont une seule lettre change. ex : pin, lin, fin...

METONYMIE : Figure de style par laquelle  on remplace un mot, par exemple l’épée, par un autre mot avec lequel il a un lien logique,  comme « le fer ». Ainsi, on peut dire : ces guerriers ont croisé le fer.

MISCELLANEES : nf pluriel. Genre littéraire composé d'articles et études variées sur des thèmes futiles dans le but de distraire.

NEOLOGISME : nm. Mot nouveau, créé pour les besoins du moment. (ex : abracadrabrantesque d'Arthur Rimbaud)

MONOREME : nm. Phrase réduite à sa plus simple expression. ex : A bas le tyran !

MONOSEMIE : Caractère d'un mot qui n'a qu'un seul sens

MOT VALISE : Un mot valise est un mot créé à partir de deux mots dont la dernière syllabe de l'un est la première syllabe de l'autre. ( ex : un éléphrant pour désigner un pachyderme franc)

MOTS IMPOSES ou TRAIN DE MOTS (Textes à contraintes) : A partir d'une liste de mots imposée, on doit réussir à créer un texte cohérent. 

NEOLOGISME (de forme) : Mot nouveau ou récent dans une langue. ex : courriel (pour e-mail et pour courrier électronique)

OLORIME : ou HOLORIME, adj. vers homophone du vers précédent.

ONOMATOPEE : nf. Interjection. ex : cocorico, miam, glouglou ... etc

OULIPO : Veut dire : OUvroir de LIttérature POtentielle. C' est un mouvement littéraire fondé notamment par Raymond Queneau (connu pour ses "Exercices de style"), Georges Pérec (connu par "Les Choses" et renommé par "La vie mode d'emploi, romans") et bien d'autres. Georges Pérec a obtenu de nombreux grands prix. 

OXYMORE : L'oxymore (nom masculin) rapproche deux termes que leur sens devrait éloigner, dans une formule d'apparence contradictoire. Exemple : un silence éloquent ou encore une nuit blanche. 

PALINDROME : Un palindrome est une phrase, un nombre, un message, qui, si l'on ne tient compte ni des espaces ou apostrophes, ni des signes de ponctuation, peut être lu de droite à gauche ou de gauche à droite en gardant le même sens ou plutôt la même signification... ex. Elu par cette crapule ou encore Esope reste ici et se repose. A ce propos, Georges Pérec (encore lui) est l'auteur d'un palindrome paru en 1969 comportant 1247 mots.

PANGRAMME : Le pangramme est une phrase ou un récit le plus court possible, "sensé", et comportant toutes les lettres de l'alphabet. (ex :  Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume.

PANTOUM : Poème d'origine malaise.

PARADIGME : Ling. Classe d'éléments homogènes qui peuvent être substitués les uns aux autres en laissant l'énoncé grammaticalement correct. ex : (Manu, mon pote, lui, celui-ci) dans "Ce soir, je vais souper chez...".

Grammaire. Ensemble des différentes formes que peut prendre un mot pris comme modèle, ses déclinaisons, ses conjugaisons. ex : Mange, mangeons, mangez, mangea...

PARANOMASE : La paranomase est un procédé de rhétorique qui relève du jeu de mot ou du calembour. C'est une figure qui consiste à rapprocher des mots de sonorité semblable mais de sens différent. Ex.: «service divin/service du vin» (Rabelais, Gargantua, XXVII), «ma douce Hélène/ma douce haleine». Ou plus populaire : Tu parles, Charles ... un peu mon neveu ... tu penses Hortense...

PARONYMES : Mots de sens différents mais de formes relativement voisines. (ex : conjoncture et conjecture, collision et collusion, éminent et imminent...).

PLEONASME : Répétition de mots dont le sens est identique. (Ex : monter en haut) Certains pléonasmes sont clairement souhaités parfois, pour insister sur une idée, par exemple. (Je l'ai vu de mes yeux)

POLYSEMIE :  Propriété d'un mot qui présente plusieurs sens.                                                                 

PRETERITION : Figure par laquelle on feint de ne pas vouloir parler d'un sujet, pour en parler quand même. 

ex : "Je ne dirai pas qu’il a écrit douze livres ni qu’il a été professeur dans les plus grandes universités, Stanford et Oxford pour ne pas les nommer…

REBUS : Suite ou combinaison d'éléments graphiques dont l'interprétation, généralement phonétique, produit un énoncé (phrase, mor, expression...). C'est l'équivalent graphique d'une charade.

RHETORIQUE : L'art de bien parler ? (non, pas les SMS :))

RONDIBELLE : La rondibelle était un petit poème très goûté au XVIIème siècle dans les salons littéraires de province. Il ne comportait que deux alexandrins dont l'un devait se terminer par un prénom féminin et l'autre par le nom d'un plat cuisiné. 
(ex : "Ah qu'elle était jolie la petite Paulette savourant lentement ses poireaux vinaigrette.")

SOLECISME : Les solécismes sont des erreurs de construction de phrase, des erreurs de syntaxe. Les mots utilisés existent mais l'agencement est grammaticalement incorrect. (ex : après qu'ils soient revenus au lieu de après qu'ils seront revenus. Après que étant suivi de l'indicatif et non du subjonctif. autre ex : être ami avec quelqu'un au lieu de être l'ami de quelqu'un.) 

SYLLEPSE : Jeu sur la polysémie. "Figure par laquelle un mot est employé à la fois au propre et au figuré". (Littré) : "Cette cantatrice se donne de grands airs !".

SYLLOGISME : Log. Raisonnement déductif.

TAUTOGRAMME : Le tautogramme est une phrase dans laquelle chaque mot commence par la même lettre. (ex : Sa soeur sort sans son singe, super ! )

TOPONYME : Ling. Nom de lieu

TRAIN DE MOTS : A partir d'une liste de mots imposée, on doit réussir à créer un texte cohérent. 

VIRELANGUE : Phrase difficile à prononcer, constituant un exercice de diction. (ex : Six fûts, six caisses, les mains entre les caisses, les doigts dans le trou du fût) 

ZEUGMA ou ZEUGME : Figure de style consistant à joindre à un mot deux compléments disparates. ex : Robert avait exigé sa ration de sucre dans le café et de politesse dans la conversation. (Hervé Bazin)

 

Lire la suite